Lagon Libre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 13 août 2009

Liberté et formats dans le monde numérique

Censure d'un dictionnaire, refus d'intégrer le Kama Sutra à sa bibilothèque, refus d'intégrer l'application Google Voice. Les observateurs se réveillent et tout le monde fait mine de découvrir que l'Apple sphère est certes, un monde design et branché, mais ce n'en est pas moins un monde fermé et étroitement contrôlé.

Parallèlement, Amazon, efface des Kindle (liseuse électronique) deux ouvrages d'Orwell, 1984 et la Ferme des animaux. Etrange ironie que la censure de ces deux livres dénonçant de façon fine et aboutie les dictatures et leurs travers. Posseseurs de Kindle, méfiez-vous, Big Brother is watching you. Pourtant, ce fait divers, m'évoque plutôt un autre roman d'anticipation, Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, dans lequel des pompiers d'un nouveau genre brûlent tous les livres. L'occasion de conseiller à mes letceurs ces 3 romans que vous trouverez facilement et avantageusement en version papier.

Si j'évoque ces différentes affaires, c'est parce qu'il me semble qu'elles mettent en lumière un même phénomène primordiale à l'heure ou le numérique occupe une place de plus en plus importante dans nos vies.

Quand on achète Apple au delà d'un objet hype, design et à l'apparente fonctionnalité (Apple produit des produits magnifiques avec des fonctionnalités étonnantes, qui font bien souvent oublié des défauts majeurs que l'on ne pardonnerait pas à d'autres), on achète aussi un produit verrouillé. Je dirais qu'il y a un contrat tacite inhérent à l'achat de matériel Apple, il fait bien ce qu'il fait, mais pas question d'aller au-delà. On vous vend du rêve, on s'occupe de tout, mais en échange, on contrôle tout. C'est tentant, mais les limites apparaissent vite, comme on peut le voir aujourd'hui.

Amazon avec son Kindle, tout comme Apple avec ses produits, contrôle aussi étroitement le code et les formats. Mêmes causes, mêmes effets. Pour ma part, je refuse de vendre ma liberté. Il m'apparaît de plus en plus urgent de militer et de réclamer des formats ouverts, qui seuls permettent d'avoir un contrôle sur ses données, préviennent du contrôle et de la censure et donnent choix et liberté.

J'avais vu passer certaines des informations citées dans ce billet sur différent canaux, mais la l'écriture en a été déclenchée par la lecture d'un billet d'Homo Numericus, Gutenberg ce criminel, que je vous recommande.

jeudi 25 juin 2009

Release early, release often

I'll try to apply this maxim of Open Source and Free Software to my blog.

Here are a few links to begin with: 

Pour les lecteurs francophones :

Mozilla

  • How to help on Mozilla Service Week. An awsome initiative which show that Mozilla is so much more than a company. (And I shouldn't even mention Microsoft last marketing campaigns for IE to compare).
  • An other example is Discover Shiretoko. Shiretoko is the codename of Firefox 3.5 (to be released soon) and also a UNESCO World Heritage Site in Japan.

Soon, more about Mozilla. Stay tuned

mardi 17 mars 2009

Cinéma, crise, Hadopi... Coup de gueule!

On veut nous faire croire qu'HADOPI en plus de sauver le marché du disque (qui de toute façon doit périr) va sauver Hollywood.

Je pense que je peux facilement affirmer qu'on n'a jamais autant télécharger de films et pourtant malgré la crise (grâce à ?), les chiffres de Médiamétrie montrent une augmentation de la fréquentation des salles obscures.

Comme quoi le problème est loin d'être aussi simple que ce qu'on veut bien nous le dire !

samedi 7 mars 2009

Loi création et internet,

Ça y est. Suite à la lecture d'un article de pcinpact, j'ai pris mon courage à deux mains et écris à mon député. Comme les lettres personnelles ont plus d'impact que les copies de courriels types, j'ai pris un angle personnel et n'ai pas tenté d'argumenter par A+B. C'eut été également plus de boulot. J'ai donc choisi de rebondir sur l'article en question.

Lire la suite...

jeudi 5 mars 2009

Les deux faces de Google

D'un côté, il y a le Google qui fait de supers produits, qui soutient le libre et les formats et protocoles ouverts :

"We are pleased to see that faceVsion has chosen to interoperate with Gmail video chat, which expands the scope of our respective video products," said Justin Uberti, technical lead for Google Talk. "At Google, we strongly believe in the use of open standards such as XMPP and H.264, which make it easy for partners like faceVsion to communicate and interoperate on the Google Talk network. We look forward to working with all video, voice, and IM providers regarding the opportunity provided by our open communications network."

J'en traduis une partie Chez Google nous croyons fortement en l'utilisation des standards ouverts tels que XMPP et H.264 qui facilitent pour nos partenaires comme faceVsion la communication et l'interopérabilité sur le réseau Google Talk. En l'occurence, de la visio-conférence Haute Définition.

Source: http://www.prnewswire.com/cgi-bin/stories.pl?ACCT=104&STORY=/www/story/03-04-2009/0004982549&EDATE=

ou en français : http://www.euroinvestor.fr/news/story.aspx?id=10189717

Mais de l'autre côté, il y a le Google tentaculaire, avide de données personnelles sur notre compte, vorace. Abuse-t-il de sa position dominante vis-à-vis des éditeurs ? En tout cas, il s'agit d'être attentif. Si des formats ouverts garantissent un certain contrôle sur ses données (notamment pour les récupérer), ce n'est certainement pas suffisant. Il s'agit de trouver des solutions alternatives pour garder une certaine indépendance. La question de la protection de la vie privée reste aussi posée.

mercredi 4 mars 2009

Ceci est un communiqué de l'industrie du divertissement de masse

La planche originale est de Dylan Horrocks, sous « NOT copyright », elle a été traduite par Étienne Morin. (via DLFP)

lundi 2 mars 2009

Black-out

Le projet de loi "Création et Internet" ou "HADOPI" a été voté au Sénat le 30 octobre 2008 et sera bientôt examiné à l'Assemblée nationale. Elle a pour objet de mettre en oeuvre la « riposte graduée » visant à couper l'accès aux internautes suspectés de partage d'oeuvres sans autorisation.

Une autorité (l'HADOPI), instaurée par le texte, agira sur dénonciation d'acteurs privés travaillant pour les industries du divertissement (syndicats professionnels, enquêteurs privés). L'HADOPI sera chargée, en se basant sur ces preuves sans valeur, d'envoyer des courriers d'accusation menaçant les utilisateurs de sanctions. En cas de récidive, leur déconnexion d'Internet est ordonnée sans possibilité de se reconnecter pour une durée allant jusque 12 mois. Il n'est possible de contester ces accusations qu'une fois la sanction prononcée.

Ce dispositif pose de nombreuses questions d'ordre économique, technique et juridique, mais également des questions relatives au respect des droits et libertés fondamentales des citoyens.

Je ne suis le sujet que de loin, mais vous trouverez toutes les informations sur le site de la quadrature du net qui appelle à un black-out du net auquel je participe en drapant ce blog de noir.

[EDIT]J'ai oublié de renvoyer vers le post de Richard qui semble avoir bien travaillé sur le sujet, même si je n'ai pas encore pris le temps de lire complètement son dossier[/EDIT]

mercredi 10 décembre 2008

Veille informationelle

Eh oui, dans ma formation on m'apprend à faire de la veille informationnelle. J'en faisais déjà, comme tout le monde, en lisant le journal ou autre, mais là, il s'agit de systématiser. Alors en ce moment, j'augmente mes sources, je diversifie, je spécialise, ou au contraire je cherche des infos plus générales, je trie etc. Comme je fais plein de choses dans le cadre de la vie de ma fac et de mon UFR, et que je suis loin d'être le roi de l'organisation, de nombreuses pages que je voulais traiter ici s'accumulent sous forme d'onglets. Je vous livre ça pêle-mêle, pour lecture et pour mémoire.

Lire la suite...