Lagon Libre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 juillet 2009

Avec Mozilla au festival des vieilles charrues

Après avoir été fan de Mozilla pendant des années ; d'abord comme utilisateur du navigateur Mozilla, puis de Firefox, ensuite en découvrant mieux ce qu'il y avait derrière Mozilla, notamment au travers du standblog, j'ai franchi le pas de la contribution il y a quelques mois. Auparavant, je me limitais à en parler autour de moi et à tester les versions betas.

En effet, il y a quelque mois, mon grand ami Jehan -actuellement Dieu seul sait où en Asie centrale avec sa moto- m'a présenté Sonny. Quelques semaines plus tard, je partais, avec lui et Arzhel dans un fabuleux périple à travers l'Europe de l'est et les balkans. Je n'ai malheureusement pas eu le temps de rendre compte de cette expérience incroyable ici, mais vous pourrez trace de l'épopée sur le blog communautaire européen de Mozilla.

Ce Mozilla Europe Community Tour fut un peu une expérience (au sens scientifique du terme) et plutôt très concluante. Elle nous a permis de rencontrer dans de nombreux pays des personnes proches de Mozilla et du logiciel libre et de partager avec eux connaissances, expériences, enthousiasme et quelques bières. Mais je ferai un jour un point sur le MECT. Et c'est prévu pour ce WE.

J'ai aujourd'hui différents projets en tête liés à Mozilla, je les évoquerai un jour ou l'autre ici, mais je veux maintenant vous faire part d'un autre événement Mozilla auquel j'ai récemment participé : le festival de veilles charrues.

Je ne vais pas revenir ici sur les origines du projet. Sachez seulement que qu'Arzhel, une nouvelle fois y a été mêlé puisqu'il a été bénévole au festival pendant plusieurs années. Il n'a malheureusement pas pu nous rejoindre étant en stage à Mountain View à la Mozilla Foundation en ce moment. Une fois de plus, merci à lui.

Le festival des vieilles charrues fut une expérience assez différente du MECT. Le MECT était plus tourné vers la rencontre de communautés locales et nos événements avec un plus large public restaient en général entre personnes initiées à l'informatique, aux logiciels libres et au web. Il s'agissait là au contraire  de partir toucher le grand public. Pour cela, nous nous sommes associés à Ubuntu-fr pour offrir un web-café aux festivaliers. L'initiative a pu sembler étrange à certains, mais peut s'expliquer, je vous encourage à lire cet article : nouvelles technos dans le pré des vieilles charrues. Je peux en tout cas déjà vous dire que ce fut un succès.

Me voilà donc, un jeudi midi, au départ des bureaux Mozilla avec Irina, actuellement en stage à Mozilla-Europe et déjà rencontré pendant le MECT à Bucarest, et William, community manager, en partance pour le cœur profond de la Bretagne, Carhaix, avec, à la différence du MECT, un GPS !

Après un voyage agréable et sans encombres jusqu'à Carhaix, nous avons mis une éternité à trouver notre parking. Les vieilles charrues sont un événement étonnant et démesuré, à l'organisation impressionnante. Mais personne ne sait où sont les parkings qui ne sont pas les parkings festivaliers. La sécurité, les bénévoles (nombreux), personne ! Enfin, la première soirée fut consacrée à se retrouver. Sonny, Kevin, Olive, Christelle et Bluedid. Un merci spécial à Stéphane pour son accueil.

Nous avons donc partagé le stand en deux avec Ubuntu-fr et les ordinateurs sous Ubuntu au milieu, avec Firefox 3.5 ;-) Nous avons donc tenu nos stands accueillant les festivaliers, discutant de Mozilla et de Firefox... Nous avons également projeté le compteur de téléchargements, qui attirait les questions et distribué des badges, des tatouages, que nous avons posés, des bracelets, tours de cous, des t-shirts. Et on a même été voir quelques concerts.

Pour faire le point, et j'espère que d'autres le feront aussi qu'on puisse confronter nos souvenirs et nos impressions. C'est pas mal de se confronter au grand public, mais c'est assez différent. Ce que je retiens :

  • Beaucoup de monde, 230 000 personnes en cumulés sur les 4 journées, même si était un peu excentré, ça fait pas mal de visiteurs potentiels.

  • Des personnes très diverses, de contributeurs, heureux de nous voir là et passant faire un petit coucou à des gens n'utilisant pas d'ordinateurs. Ça allait du "Firefox, bien sûr que je connais qui ne connaît pas !" à "Connais pas !!" en passant par :
  • "Firefox, je connais, c'est un antivirus" (On a du beaucoup leur dire que c'était plus sur :-) ou "oui, c'est un moteur de recherche", ou encore "c'est un concurrent de Google". Il y a vraiment une éducation du public à faire.

  • Et pour ça, il y a la brochure. C'est un très bon outil, c'est génial de présenter Mozilla et sa mission, et même essentiel. Mais elle peut à mon sens encore être améliorée. En tout cas, dans le cas présent, il aurait fallu une présentation succincte de Firefox, ce qu'est un navigateur web, à quoi ça sert, ses principales fonctionnalités.
  • Les badges ont beaucoup de succès, les gens les collectionnent et en prennent ou en achètent (chez Ubuntu-fr qui ne peut se permettre de les donner par exemple) un de chaque sorte.

  • Les tatouages ont eu un certains succès aussi, et je pense que sur ce genre d'événement plutôt jeune et festif, il y aurait quelque chose à creuser avec les tatouages.
  • Les peluches ont eu un certain succès, tellement que l'on s'en est fait voler 2 :-( Dépassés par le grand nombre de visiteurs du stand.
  • Pas mal de demande d'achats de t-shirts aussi. C'est frustrant d'avoir quelques t-shirts et de ne pas pouvoir en donner à tout ceux qui en voudraient. Ce serait vraiment cool de pouvoir en vendre certains, tous comme les peluches.
  • Pas mal de gens prenaient les tatouages pour des autocollants et notamment des autocollants à mettre derrière une vitre ou un pare-brise. Y-a-t-il quelque chose à créer ?
  • Énormément de gens nous demandaient ce que nous faisions là. Je ne pense pas que SFR ou Converse avaient droit à la même chose. Est-ce que c'est parce que Mozilla est perçu différemment ?
  • Même si nous parvenions à répondre, je pense qu'il faut venir avec un discours plus rodé et peut-être avec un thème, lié à la musique, au thème du festival (cette année les extra-terrestres) ou trouvé autre chose, une "tagline" une opération (Converse organisait un concours).
  • Un compte twitter @Mozilla-charrues avec des twitpic des festivaliers paré de badges, tatouages...
  • Peut-être trouver quelque chose qui fasse le lien entre le festival et l'extérieur, des E-cards Mozilla-Ubuntu-Vieilles Charrues, la possibilité d'envoyer des photos...
  • Quelque chose qui justifie à la fois la présence de Mozilla et Ubuntu et l'existence du Web Café.
  • Nous aurions également pu éduquer les gens aux questions de protection de la vie privé avec la nouvelle fonction de Firefox 3.5 de "navigation privée".


Je suis finalement reparti, malheureusement un peu tôt, le dimanche matin, les oreilles pleines de musiques et les yeux encore pleins d'images. D'ailleurs, sur le quai des festivaliers, dont un bardé de badges Mozilla. Trop fatigué pour sortir l'appareil photo.

Mais voilà de quoi vous en mettre plein les mirettes quand même.

mercredi 18 mars 2009

En direct d'HADOPI

Malgré l'inutilité de la loi (ça ne sauvera pas l'industrie du disque), ses incohérences, ses risques de dérive (concernant la vie privé et l'usurpation d'IP). Son obsolescence (streaming et p2p encrypté). Elle continue son petit bonhomme de chemin. Tous les amendements sont rejetés et elle retournera devant les députés le 31 Mars.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des monde.

Source: ZdNet.fr

mardi 17 mars 2009

Cinéma, crise, Hadopi... Coup de gueule!

On veut nous faire croire qu'HADOPI en plus de sauver le marché du disque (qui de toute façon doit périr) va sauver Hollywood.

Je pense que je peux facilement affirmer qu'on n'a jamais autant télécharger de films et pourtant malgré la crise (grâce à ?), les chiffres de Médiamétrie montrent une augmentation de la fréquentation des salles obscures.

Comme quoi le problème est loin d'être aussi simple que ce qu'on veut bien nous le dire !

mercredi 4 mars 2009

Ceci est un communiqué de l'industrie du divertissement de masse

La planche originale est de Dylan Horrocks, sous « NOT copyright », elle a été traduite par Étienne Morin. (via DLFP)

lundi 19 janvier 2009

A propos de la musique et du numérique

On l'entend partout, l'industrie du disque va mal. "Le marché hexagonal de la musique a perdu 696 millions depuis 2002" selon le Syndicat national de l'édition phonographique (Snep) cité par Zdnet. Alors qu'un diagramme du figaro.fr montre une baisse de 702 millions sur la même période. La hausse du chiffre d'affaire de la musique numérique qui atteindrait 76 millions d'euros est donc loin de compenser cette chute faramineuse.

Ceux qui me connaissent se doutent que je ne vais pas ici pleurer sur les pauvres majors. Il faudrait tout de même revenir sur le cas des petits labels, mais je ne suis pas spécialiste du sujet. Enfin, eux aussi peuvent prendre le virage du numérique...

Je voudrais également ajouter en préambule que si les ventes de disques ont baissées, les français -aux dernières nouvelles- dépensaient toujours plus pour leurs loisirs. La question de "où est parti l'argent ?" reste posée et à répondre. Sonneries de portables, équipement informatique, abonnement internet, ipods et autres baladeurs...

Mais les questions que je me pose dans ce billet ne se concentrent pas sur les causes de la "crise", mais sur les réponses qui y sont apportées.

Lire la suite...

lundi 3 novembre 2008

De très bon articles...

Où il est encore question des brevets et de la propriété intellectuelle. L'article "La finance, la bulle et les brevets" semblent regorger de liens intéressants.

Encore un sujet récurrent, mais essentiel, qu'advient-il et qu'adviendra-t-il de nos données "on the cloud" ?
Je ne sais pas si le scénario décrit va se réaliser, mais qu'importe, Les remarques et les questionnements restent bon. Des liens en annexes à explorer.

Des labels mettent la musique de certains artistes en libre accès sur le web et curieusement, les ventes augmentent. Pendant ce temps un anachronique projet de loi répressif est démonté par la CNIL.

La censure encore ! Microsoft toujours... (via formats-ouverts.org) Voilà une des raisons pour lesquelles je n'aime que moyennement cette boîte. Je rappelle que cette thématique "Microsoft et la censure" à été à l'origine de la création de ce blog. Mais j'ai d'autres raisons pour ne pas aimer Microsoft. Son attitude envers le Libre par exemple. J'aurai sûrement d'autres occasions de développer ça.

Alors que certains pensent que l'informatique ne viendra jamais à bout d'une solution de traduction automatique (je ne me rappelle plus où, mais j'ai entendu ça récemment), d'autres pensent que Google a la solution au problème. Google va d'ailleurs déjà plus loin : la traduction automatique de sous-titres. A tester