Malgré l'inutilité de la loi (ça ne sauvera pas l'industrie du disque), ses incohérences, ses risques de dérive (concernant la vie privé et l'usurpation d'IP). Son obsolescence (streaming et p2p encrypté). Elle continue son petit bonhomme de chemin. Tous les amendements sont rejetés et elle retournera devant les députés le 31 Mars.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des monde.

Source: ZdNet.fr