Puis, le temps passant, Ploum ne fut plus une référence pour moi. Je ne sais plus pourquoi. Moins de billets, une présence importante, trop importante, de la catégorie plume. Ploum n'écrit pas mal, mais quand il écrit pour écrire... Disons que je n'en vois pas toujours l'intérêt. Je lui reprocherais aussi d'utiliser trop souvent le même ressort narratif qui consiste a ne dévoiler ce dont il est question dans le texte qu'au dernier moment. Mais ce billet n'a pas pour vocation d'être une critique littéraire. Peut-être aussi, a-t-il publié un ou deux billets avec lesquels je n'étais pas d'accord. J'étais sûrement aussi influencé par mes discussions avec Jehan qui reconnaissait que ce dernier avait écrit de bons billets mais était souvent en désaccord avec lui et sa façon de faire, particulièrement sur DLFP et ne manquait pas de me le rappeler, argumentant régulièrement en la défaveur de Ploum avec la ténacité qui lui est propre.

Toujours est-il que malgré les excellents billets qu'il avait publié et qui restaient pour moi des références, je pensais que le temps du grand Ploum etait fini. Je relisais les morceaux de bravoures tels Les deux crabes, le cocotier et l'utilisateur de Jabber, billet auquel je devais d'avoir abandonner la messagerie instantané MSN, Jabber pour Marie et les non ordinateuriens... ou encore Je ne suis pas un numéro de hotline, je suis un geek libre !. Je relis aujourd'hui avec un plaisir proche de l'extase, les tribulations de notre ami pour enseigner l'informatique à une octogénaire. Et je me rappelle comment un article tel En vérité, je vous le demande a renforcé ma foi dans le libre et aiguisé mon argumentaire.

Pourtant je désespérais de retrouver d'aussi bon billets et je ne passais plus que rarement sur son blog. Je l'ajoutais tout de même à mon aggrégateur quand je commençais à en utiliser un.

Certains de ses billets ne me le firent pas regretter, je voyais dans le court billet The captive clown une réminiscence de ce que je considérais comme l'ancien Ploum.

Aujourd'hui, j'ai plus de recul, je prends ses billets (plus nombreux) comme ils viennent et trouve souvent de quoi me satisfaire, voire me stimuler. C'est le cas aujourd'hui avec un billet qui ne concerne qu'indirectement l'informatique On ne dit pas lol !. Dans lequel il règle son compte au lol moderne.

Même si ce n'est pas l'objet du billet, il me fait penser à un de mes dadas, que je ne manquerai pas de développer un jour ici même et que je peux aisément résumer ainsi : la simplification systématique du langage pratiqué lors de l'écriture de SMS et plus encore via messagerie instantané, conduit a un appauvrissement de la pensée. (Voir 1984 et le novlangue).

Quoi qu'il en soit, à défaut de rentrer dans mes références, Ploum meritait bien un petit billet, dont l'écriture m'a permis de me rappeler tout ce que je lui devais, alors merci.